Page d'accueil

Voeux 2019

Nous voici en 2019,
Je remercie Mme Fontenel-Personne, députée de notre circonscription, de prendre part, cette année, à notre cérémonie de vœux.
L'équipe municipale est heureuse de partager avec vous ce moment convivial qui nous permet bien-sûr d'échanger sur les évènements qui ont marqué 2018 mais aussi de nous projeter dans cette année qui commence et que nous espérons tous plus apaisée.

Personnes excusées : Nathalie Dupont, présidente de la Communauté
de communes, Marie-Pierre Brosset, conseillère départementale,
Sénateur, Jean-Pierre Vogel, sénateur.

Je ne souhaite pas m'attarder sur les interventions les plus marquantes de vos élus et le travail quotidien des agents au cours de l'année qui
vient de se terminer puisque vous avez pu en prendre connaissance dans la dernière livraison de notre « Mag » communal. .
Je préfère revenir avec vous sur le devenir de certains de nos projets de cette année 2018.
Je commencerai malheureusement par un constat d'échec !
Il était annoncé dans ce magazine la création d'une annexe de soins infirmiers. Or, entre la rédaction du magazine et sa parution, nous avons
été confrontés à un élément extérieur, non négligeable, qui nous contraint à abandonner cette idée.

Notre objectif était clair ! En mettant à la disposition des professionnels de santé un lieu de proximité où
exercer leur métier nous voulions éviter à nos habitants des déplacements parfois répétitifs et briser ainsi le cercle infernal du départ
des services vers des « horizons plus rentables » !

Ce projet n'était sans doute pas si utopique puisque trois infirmières se sont rapidement montrées intéressées et étaient prêtes à se lancer dans l'aventure.
C'était sans compter sur les contraintes et les objections soulevées par les instances régissant cette activité paramédicale !

Le Conseil de l'ordre des infirmiers s'est invité dans la partie. Dans un souci d'équité, il nous a demandé, et nous le comprenons, de prendre contact avec l'ensemble
des cabinets infirmiers de proximité afin qu'ils s'expriment sur notre projet.

Nous l'avons fait sans recueillir d'objection particulière. L'idée semblait donc progresser. L'Agence Régionale de la santé s'est alors
manifestée. Constatant l'intérêt de plusieurs professionnels, elle a soudain transformé notre « annexe de soins » en « cabinet infirmier
secondaire », création soumise à sa décision et à son autorisation. Un obstacle totalement insurmontable nous a ensuite été signalé !

Figurez-vous que si nous persistions dans cette étrange idée de rendre enfin aux Marignéens un service de proximité, « la Sécurité sociale ne s'y
retrouverait pas dans le remboursement des indemnités kilométriques » !
Le père UBU n'est pas mort !
Nous ne vous cachons pas qu'abandonner ce projet est pour nous, élus de base, une grande désillusion. Comment ne pas rapprocher cet
épisode de tous ceux qui l'ont précédé ! Comment ne pas songer à tous ces services que, sous prétexte d'efficacité et de rentabilité, on éloigne
de nos petites communes rurales amplifiant ainsi les phénomènes de désertification que nous constatons !

Tout ne peut pas se passer par le net ou par des réseaux plus ou moins fonctionnels que beaucoup d'entre nous ne maitrisent pas correctement !

Où est passé l'humain dans la tête de ces technocrates planificateurs qui prétendent agir pour notre bien en
nous réduisant souvent à de simples codes informatiques, à des
colonnes de chiffres ou à d'obtuses statistiques.
La suite de mon propos concernera le commerce local.
Fermeture de l'épicerie puis fermeture du restaurant, ces deux épisodes successifs ont eu un impact fort sur l'animation commerciale de notre
commune. Ne nous trompons pas : le coup est rude pour l'ensemble des commerçants et donc pour l'ensemble de la population.
Si nous ne pouvons pas grand-chose sur l'activité de restauration qui relève de l'entreprise privée, nous nous sommes efforcés de trouver une
solution pour palier la fermeture de l'épicerie. Les passages des camions d'épiceries ambulantes se sont vite avérés non rentables et ont été
abandonnés. Dans le même temps, nous avons étudié le devenir du local commercial communal et nous nous sommes interrogés sur la
nature de l'activité que nous pourrions y mettre en place.
Après des contacts avec la Chambre de commerce et d'industrie puis avec un professionnel spécialisé dans la recherche de candidats pour la
reprise d'un commerce dans les petites communes, il est apparu que reconfigurer une épicerie à l'image de celles qui avaient existé ne
semblait pas correspondre à l'attente de suffisamment de Marignéens pour que le repreneur puisse en vivre correctement.

Aucun porteur de projet sérieux ne nous avait d'ailleurs contactés dans ce sens.
Les conseillers ont donc opté pour un autre projet qui lui nous avait été présenté.

Il est de nature totalement différente puisqu'il s'agit d'ouvrir un restaurant avec en appui une petite épicerie de dépannage.

Tout cela va se mettre en forme et en place ces prochains jours et l'ouverture est prévue avant cet été.

Changeons de sujet et faisons le point sur notre camping communal.
Depuis le début de notre mandat, nous avons affiché notre objectif de redynamisation et de développement de la structure.

Elle est depuis 2017 en délégation de service public et, sous l'impulsion d'Emilien Leroy
qui en assure la gestion, le chiffre d'affaires affiche une belle croissance pour l'année 2018.
La commune reste évidemment propriétaire des différents bâtiments situés dans l'enceinte du camping.

Chalet 12 personnes, chalet d'accueil, chalet technique ou sanitaires, nous devons en assurer
l'entretien. Les conseillers ont donc récemment validé différentes opérations de maintenance et de remises aux normes sur ces bâtiments
qui font partie du patrimoine communal.
Par ailleurs, afin d'adapter les installations aux normes actuelles et aux aspirations des utilisateurs, nous menons actuellement, conjointement
avec le délégataire, une réflexion sur les travaux nécessaires à un développement raisonné des installations.

Un listing des transformations à réaliser a été établi. Au stade où nous en sommes, le conseil municipal
du mois de décembre dernier a décidé de solliciter des subventions auprès de différents organismes compétents dans le domaine.

Ce n'est qu'en juin prochain, lorsque nous aurons reçu la réponse à ces demandes, que nous pourrons calculer le reste à charge pour la
collectivité, évaluer nos capacités de financement et donc décider des travaux qui seront réellement exécutés.
Nous travaillons aussi sur d'autres pistes de développement communal.
Apporter une solution respectueuse de l'environnement dans le cadre du développement durable à nos problèmes de mobilité par exemple.

C'est un autre défi que nous devons relever. Les élus en sont conscients et ont donc souhaité intégrer un programme d''installation de bornes de
location de voiture électrique et de bornes de rechargement pour véhicules électriques privés qui nous est actuellement proposé. Le
véhicule qui vous serait proposé à la location par ce service devrait vous permettre de vous déplacer jusqu'à 300 km de distance sur la journée,
moyennant une réservation préalable.

Vous pourrez ainsi vous rendre à des rendez-vous personnels, des entretiens d'embauche, etc... sans
avoir à supporter l'entretien d'un véhicule personnel. Ce service pourrait voir le jour d'ici la fin de l'année 2019. Comme les autres, ce projet,
annoncé subventionable à 80%, ne se mettra en place que sous réserve du subventionnement annoncé et des capacités financières de la
commune.

En ce début d'année, je tiens à remercier les membres du conseil municipal (conseillers et adjoints) pour les efforts fournis et leur
engagement à maintenir la vitalité de leur collectivité et j'adresse des remerciements tout aussi sincères à l'ensemble du personnel communal
qui contribue à la bonne marche de tous nos projets et à la gestion quotidienne de Marigné-Laillé.
J'associe aussi à ces remerciements toutes les personnes qui s'investissent, dans l'ombre, à rendre service à notre collectivité.

Je pense par exemple aux bénévoles de la banque alimentaire, aux personnes représentant officiellement la commune dans différentes
instances ou commissions : syndicat d'eau, commission PLUI, lutte contre les ragondins, commission électorale et j'en oublie sûrement…
J'y associerai plus particulièrement ce soir Christine Marie qui nous fait partager sa vision de la commune à travers le magnifique diaporama que
vous pouvez admirer pendant cette cérémonie.
Sur un plan plus général, notre mairie a subi des dégradations suite aux manifestations des gilets jaunes. S

Sans se positionner sur les revendications rédigées par les manifestants sur la façade de la mairie,
nous ne pouvons que déplorer les dégâts causés au symbole de la présence de la République dans notre commune.

Ce sont évidemment nos impôts qui ont financé la remise en état de la façade de notre
bâtiment communal.
Notre commune a répondu favorablement à l'appel de l'Association des maires ruraux et a mis à disposition un cahier pour recueillir les
doléances des citoyens. Ces doléances ont été transmises à cette association comme nous nous y étions engagés.

Dans le même temps, nous vous avions invité, Mme Fontenel-Personne, à en prendre connaissance le 8 décembre dernier lors du Marché de Noël.
La préoccupation majeure de notre territoire rural est, je l'ai souligné plus haut, la perte de proximité que tout le monde constate au niveau des
services publics rendus à la population.
Comment concilier l'obligation de faire des économies par le biais de la mutualisation des services (ce qui peut s'entendre) avec celle de rester
proches de nos habitants.
Comment faire au quotidien lorsqu'il nous faut expliquer à un habitant que pour la réclamation qu'il veut déposer ou la démarche qu'il veut
effectuer il doit maintenant se rendre hors commune alors qu'il ne dispose parfois pas de moyen de locomotion et que pratiquement
aucune solution ne lui est proposée.

Conservation des services de proximité dans les communes ou mise en place de solutions alternatives réalistes ou de moyens d'accessibilité
fonctionnels : il serait nécessaire d'y penser réellement avant d'éloigner définitivement les services des habitants…
L'équipe municipale fait en sorte de conserver aussi harmonieusement que possible notre cadre de vie collective.


Je vous adresse au nom des conseillers et en mon nom mes meilleurs voeux de bonheur, de paix et de prospérité pour cette année 2019 qui
commence, qu'elle soit favorable en toutes choses pour vous, vos familles et vos proches et pour Marigné-Laillé, notre commune.
Anne Gaëlle CHABAGNO

Mme Chabagno, maire de Marigné Laillé
Mme Chabagno, maire de Marigné Laillé